Pierre Bayle à Vincent Minutoli

source : http://www.voltaire.ox.ac.uk/voltaire_english.html

   [le 31 janvier 1673]

   Je suis bien aise, mon cher Monsr de ce que vous m'aprenez que les conferences interrompues par l'absence de Mr de
   Rocole(1) s'en vont reprendre leur 1er train. Pleut à Dieu etre asses heureux pour y pouvoir assister toutes les sepmaines! car je
   ne dout[e] nullement que je n'y fisse un tres grand profit, cognoissant le savoir et la belle literature de celuy qui y preside(2), et les
   rares lumieres de tous vous autres mess[ieu]rs qui y parlez. Je trouve encore que vous choisisséz tout à fait bien vos matieres, et il
   me paroit fort digne de votre jugement que vous veuilliez vous entretenir sur les philosofes grecs. C'est un sujet assez vaste et
   asses fertile; mais qui peut(2) étre mieux debrouillé par l'industrie d'un habile homme, qu'il ne l'est naturellement. Il me semble que
   Vossius qui a fait un traitté des filosofes(3), ne satisfait pas de la bonne sorte la curiosité des lecteurs: Car si je ne me trompe, il
   n'est rien dequoi l'on soit plus curieux sur ce chapitre que de savoir quand se sont formées les differentes sectes, quels en ont eté
   les tenans, et par quels moyens elles se sont propagées dans le monde. Or c'est ce que Vossius a negligé de nous eclaircir, je ne
   sai pourquoy.

   La plus generale division qu'on ait accoutumé de faire de toutes les sectes des filosofes, est de les distinguer en ceux qui croyoient
   avoir trouvé la verité, ceus qui croyoient qu'elle ne se pouvoit pas trouver, et ceus qui ne croyans pas l'avoir trouvée, la
   cerchoient pourtant toute leur vie[a]. Les premiers etoient de[s] gens fort decisifs et plus resolus que Bartole(5): ils fuyoient la
   neutralité et l'equilibre entre deux opinions probables, et ne manquoient jamais de prendre parti. On les nomma dogmatiques à
   cause de cela. Tels ont eté les aristoteliciens, les stoiciens et les epicuriens. Les seconds qui etoient les academiciens voulant
   prendre le contrepied des autres, allerent trop avant, et sans y penser, tomberent dans le piege qu'ils avoient voulu tant fuir. En
   effet quiconque determine positivement qu'il n'y a p[oin]t de sciance et q[ue] la verité ne se peut trouver, pose dés là un dogme et
   admet à tout le moins une sciance. Aussi arriva t'il que les troisiemes, à savoir les pyrrhoniens ou les sceptiques, se trouvans
   pressés par cette objection que l'on leur faisoit à tout propos, prirent le party de ne s'expliquer pas si fortement, et se
   contenterent de dire qu'on pouvoit douter de tout, meme de cette proposition qu'ils venoient d'avancer. Ils en demeuroient
   toujours à un cela peut etre, mais il ne faut pas tant se presser d[b]'aller à l'affirmative; cerchons mieux, car jusques icy le procez
   n'est pas assez instruit pour etre jugé en dernier ressort. Enfin si on les pressoit d'en venir au jugement de la cause, ils[c]
   concluoient toujours à un plus amplement enquis et n'opinoient jamais qu'avec le non liquet(6). Ils se tiroient admirablement de
   la chicane de leurs adversaires qui vouloient conclure de cette proposition, on peut douter de tout qu'ils posoient doncques
   affirmativem[en]t quelque chose; ils s'en tiroient dis je en soutenant[d] que leur proposition etoit aussi sujette à la loy gener[ale]
   du doute que les autres propositions, et qu'elle ressembloit à une medecine qui s'en va dehors avec les mauvaises humeurs qu'elle
   chasse. Outre que dans leurs[e] principes qui dit qu'il ne sait rien, nie de savoir cela meme qu'il ne sait rien

                                      Nil sciri quisque putat id quoque nescit
                                       An sciri possit quo se nil scire fatetur
                                           Lucret[ius], L[ibro] 4(7)

   de sorte que cette proposition, on peut douter de tout, ne doit pas etre rangée dans la categorie de celles que les logiciens
   appellent se ipsas falsificantes(8), lesquelles ils n'enveloppent jamais dans la these generale, de peur de contradiction. Par
   exemple quand on dit, je mens toujours; si on n'excepte pas cette fois que l'on parle ainsi, l'on tombe dans une contradiction
   manifeste. Car s'il est vrai que celui qui parle mente toujours; au moins en cette rencontre qu'il avouë qu'il ment toujours, il ne
   ment pas: et par consequent il se contredit luy meme. D'autre coté, s'il n'est pas vrai qu'il mente toujours la proposition par
   laquelle il dit qu'il ment toujours, sera fausse. C'est pourquoi les logiciens ont fort bien etabli q[ue] quand on se sert d'une façon
   de parler comme celle là, on doit considerer le reste de la vie sans avoir aucun egard à la proposition même qu'on employe. Mais
   il n'en va pas ainsi dans le principe des pyrrhoniens. Ils pretendent que leur grand axiome, on peut douter de tout, soit compris
   tout le premier dans la regle generale, et qu'en meme tems qu'il detruit toute sorte de sciance, il se detruise lui meme, comme fait
   un barril de poudre qui fait sauter une tour(9).

   Au reste si on examine bien la chose on trouvera que le parti des dogmatiques n'a pas eté le plus fort. Car pour ne pas dire qu'en
   general tous les platoniciens ont tenu pour cette suspension de jugement qui fait q[ue] nous gardons l'equilibre entre le pour et le
   contre; qui ne sait que les principales sectes en quoi s'est divisée l'echole de Platon, ont eté ennemies du dogme? Arcesilas(10)
   ne s'ecarta de la commune doctrine de l'Academie que parce qu'il n'y trouvoit pas à son gré asses d'indifference; et qu'on ne s'y
   etoit pas asses formellem[en]t declaré contre l'alternative de croire une chose ou fausse ou vraye. Cela l'obligea de fonder la
   seconde Academie où il enseigna tout sec qu'il n'y avoit rien de certain ni meme de veritable dans la nature. Carneades(11) qui
   vint depuis luy, et qui fit branche avec Lacides, dans la succession de l'ecole platonique adoucit un peu et relacha la severité
   d'Arcesilas; toutefois il a eté si flottant dans ses opinions, qu'il n'a eté rien moins que partial pour les dogmatiques. Pour Sextus
   Empiricus qui fit encore une autre branche sous les Antonins, on sait qu'il a ecrit en faveur du pyrrhonisme, qu'il a expliqué les 10
   moyens de l'epoche, et montré comment les sceptiques s'acheminent à l'ataraxie(12), qu'ils disent etre le fruit bienheureux de
   leurs douttes. Enfin nous avons encore de fort beaux livres qu'il a composé contre les mathematiciens (c'est ainsi qu'il appele les
   dogmatiques). En un mot nous pouvons mettre tous les academiciens du cot[é] qui est diametralement contraire aux philosophes
   affirmatifs et quand nous y aurons joint les sceptiques je ne sai pas trop bien qui l'emportera.

   De plus on remarque que les plus grands ho[mm]es des autres sectes ont panché au pyrrhonisme. Car pour ne toucher pas à ces
   derniers siecles où un Michel de Montagne, un La Mothe Le Vayer(13) l'ont ouvertem[en]t soutenu, et le docte Mr
   Gassendi(14) couvertement ne sait on pas que Pherecides le pere de tous les philosofes et le tronc d'où sont sorties toutes les
   diverses branches de ce grand corps, ecrivant à son cher disciple Thales peu avant que de mourir, luy parle en ces termes. "J'ay
   ordonné à mes heritiers apres qu'ils m'auront enterré de vous aporter mes ecrits. Si vous et les autres sages vous en contentez,
   vous les pourrés publier, sinon supprimés les. Ils ne contiennent aucune certitude qui me satisface à moi meme; aussi ne fai je pas
   profession de savoir la verité ni d'y atteindre, j'ouvre les choses plus que je ne les decouvre"(15). Socrate quelque bon
   temoignage que l'oracle eut rendu de luy, repondit à ceux qui luy demandoient ce qu'il savoit, unum scio quod nihil scio(16).
   Democrite l'un des plus grans ho[mm]es de son tems a soutenu que la verité etoit cachée au fons d'un puits ce qui n'est pas fort
   contraire à ceux qui tiennent l'incomprehensibilité(17).

   Ciceron a eté pour le moins aussi changeant en matiere de filosofie, qu'en matiere d'etat, et il alloit de secte en secte cerchant
   partout quelque probabilité, aussi bien qu'il changeoit de party dans les affaires de la republique. Au reste peu decisif.

                Dicendum est, sed ita ut nihil affirmem; quæram omnia dubitans, plerumque et mihi diffidens(18),

   dit il quelque part. En plusieurs autres endroits il declare à ses auditeurs que pourveu qu'il raisonne probablement, ils se doivent
   contenter, et ne pretendre à rien davantage.

         Ut potero explicabo: nec tamen ut Pythius Apollo certa ut sint et fixa quæ dixero: sed ut homunculus probabilia conjectura
         sequens æquum e[st] enim meminisse et me qui disserem hominem e[ss]e et vos qui judicetis, ut si probabilia dicentur,
                                            nihil ultra requiratis.
                                         Tusculan[arum] L[ibro] I 9(19)

   Et pour montrer qu'il ne prenoit pas de son chef la probabilité pour la borne de notre intelligence, il nous assure dans le 1er livre
   des Questi[ons] academiques qu'il suivoit en cela la bonne et sage Antiquité,

          Omnes penè veteres nihil cognosci, nihil percipi, nihil sciri posse dixerunt; angustos sensus, imbecilles animos, brevia
                                             curricula vitæ(20).

   Et au 1er livre De la nature des dieux il parle ainsi

           Hæc in philosophia ratio contra omnia disserendi, nullamq[ue] rem apertè judicandi profecta à Socrate, repetita ab
        Arcesilao, consummata à Carneade usque ad nostram viget ætatem. Hi sumus qui omnib[us] veris falsa quædam adjuncta
                    esse dicamus tanta similitudine ut in iis nulla insit certè judicandi et assentiendi nota(21)

   Le grand s[aint] Augustin a eté un peu touché de la maladie academicienne, et s'il en faut croire Mr Daillé(22), il s'est fait un
   grand tort et s'est beaucoup oté de l'estime que l'on devroit avoir de son esprit, par une certaine maniere de raisonner flottante et
   peu affirmative. De verité il ne faut pas trouver etrange q[ue] tant de gens ayent donné dans le pyrrhonisme car c'est la chose du
   monde la plus commode. Vous pouvez impunem[en]t disputer contre tous venans, et sans craindre ces argumens ad hominem
   qui font quelquefois tant de peine. Vous ne craignés p[oin]t la retorsion puis que ne soutenant rien vous abandonnez de bon coeur
   à tous les sophismes et à tous les raisonnemens de la terre, quelle opinion que ce soit. Vous n'etes jamais obligé d'en venir à la
   deffensive. En un mot vous contestez et vous daubez sur toutes choses tout votre saoul, sans craindre la peine de talion. C'etoit
   ainsi qu'en usoit Arcesilas.

           Arcesilam ferunt aspernatum e[ss]e omne animi sensusque judicium, primumq[ue] instituisse (quamq[ua]m id fuit
            Socraticum maximè) non quid ipse sentiret ostendere: sed contra id quod quisque se sentire dixisset, disputare.
                                      Cicero De orat[ore] L[ibro] 3 c 18(23)

   Je ne dis rien de mon grand autheur Horace encore qu'il ait eté un vrai coureur de sectes et qu'il ne se soit acharné* nulle part;
   parce que l'exemple d'un poëte, monté sur le[f] cheval Pegase qui vole par tout le monde, ne sert p[oin]t de loy au sujet dont
   nous parlons. Autrement j'avouë qu'il seroit de grande efficace, car il ne faisoit pas comme ceux qui ayant eté une fois poussez
   dans un party quel qu'il soit, s'y attachent pour toute leur vie,

                Ad quamcunque disciplinam velut tempestate delati, ad eam tanquam ad saxum adhærescunt(24):

   mais comme ceux qui se contentent d'avoir la passade* dans les lieux où le hazard les a jettez,

                                   Ac ne fortè roges, quo me duce quo lare tuter:
                                     Nullius addictus jurare in verba magistri,
                                  Quo me cunque rapit tempestas deferor hospes.
                                     Nunc agilis fio, et mersor civilibus undis,
                                     Virtutis veræ custos, rigidusque satelles:
                                     Nunc in Aristippi furtim præcepta relabor,
                                   Et mihi res [n]o[n] me rebus submittere conor.
                                      Hor[atius] Epist[olarum] L[ibri] I i(25)

   Lucrece n'avoit pas seu à cent fois pres si bien qu'Horace, se servir du privilege de la poesie. Car il s'est borné à la secte
   d'Epicure, et a si bien suivi ses vestiges qu'il ne s'en est detourné ni à droitte ny à gauche. Il adore le chef de sa secte; il le regarde
   comme un soleil aupres de qui tous les autres filosofes ne sont que de petites etoiles

                                  Qui genus hominum ingenio superavit et omnes
                                  Præst[r]inxit stellas exortus ut ætherius sol(26).

   Et si le bon homme eut seu qu'un jour son heros seroit decrié dans le monde, je ne doutte pas que pour luy conserver son
   honneur, il n'eut supposé quelque oracle maudissant celuy qui luy manqueroit de respet; ou du moins semblable à celuy
   qu'Apollon prononcea en faveur d'Aratus, dont voici une partie de la belle version d'Amiot

                                       Sache que qui de reverer empeche
                                      Ce personnage, ou en est marri, peche
                                       Contre la terre et le haut firmament
                                     Contre le Ciel aussi ensemblement(27).

   Ce qui ne lui auroit pas eté de peu de service envers la posterité, sur tout si on y eut joint une inscription de la force de celle qu'on
   fit pour le meme Aratus

                                     Les hauts exploits de sens et de proüesse
                                    Qu'a fait cet homme à l'honneur de la Grece
                                      Sont aprochans des colomnes jumelles
                                   Dont Hercules borna ses oeuvres belles(28).

   Je m'etonne qu'il n'ait pas meme employé cette lezine*, car il pouvoit avoir apris que le grand Fabrice n'avoit pas fait un trop bon
   jugem[en]t d'Epicure lors qu'entendant conter[g] à Cyneas qu'il y avoit un excellent philosophe en Grece qui soutenoit que le
   souverain bien de la vie consistoit dans la volupté, il luy repondit en soûriant, plut aux dieux que Pyrrhus et les Samnites fussent de
   l'opinion de ce philosophe tant que nous aurons la guerre avec eus(29).

   Mais que dites vous, Mr, des pythagoriciens? ne m'avoüerés vous pas qu'ils etoient bien eloignez de l'independance d'un Ciceron,
   eux qui ne croyoient pas q[ue] ce fut vivre que de se departir de la secte de Pythagore, d'où vient qu'ils faisoient les funerailles de
   ceux qui l'abandonnoient(30); eus encore qui pour croire les choses les plus choquantes n'avoient besoin que d'un
   autoveqa(31). Qu'on en dise ce qu'on voudra; j'admirerai toujours cette grande venera[ti]on qu'ils ont euë po[ur] leur maitre, et
   la parfaitte union qui a regné parmi eux. Il ne faut pas douter que cela n'ait grandement contribué à faire florir leur secte dans
   l'Italie aussi long tems qu'elle a fait. Du tems de Platon elle etoit si renommée par toute la Grece que ce philosophe creut
   necessaire au dessein qu'il avoit de se perfectionner dans la sagesse, de passer en Italie et d'y etudier sous le savant Philolaus,
   Eurytus, et le 2. Archytas, tres excellens pythagoriciens.(32) Ce Philolaus avoit echapé comme par miracle à une des plus
   cruelles persecutions que la secte de Pythagore essuya jamais. La faction[h] des Cyloniens avoit chassé toutes les communautés
   et colleges des pythagoriciens q[ui] etoient en Italie. Ceux qui etoient demeurés de reste s'assemblerent à Metapont pour aviser à
   leurs affaires. Leurs[i] ennemis en ayant eu le vent s'attroupent, mettent le feu à la maison, et font inhumainem[en]t perir tous ces
   pauvres pythagoriciens excepté 2[,] Lysis et Philolaus qui à cause de leur jeunesse eurent asses d'agilité po[ur] se sauver à travers
   le feu[;] Philolaus se retira dans la Lucanie où il trouva quelques amis qui le receurent. Mais Lysis passa la mer et s'en vint à la
   ville de Thebes où par bonheur pour luy Polymnis le receut en sa maison, luy fit toute sorte d'amitiez et luy confia meme
   l'education de son fils Epaminondas. Lysis vecut fort long tems à Thebes et etant mort enfin, son disciple Epaminondas qui l'avoit
   entretenu honorablem[en]t toute sa vie, luy fit des funerailles où il n'oublia rien des ceremonies necessaires. Il y avoit un filosofe
   pythagoricien nommé Arcesus l'un des principaux de sa secte qui etoient restez en Sicile, lequel aprenant q[ue] Lysis etoit à
   Thebes, et ne pouvant à cause de son grand age l'aller querir, ordonna par testament que s'il se pouvoit on ramenat Lysis en
   Italie, ou tout au moins ses reliques, s'il etoit mort. Les guerres qui survinrent là dessus retarderent l'execution de cet ordre. Dés
   q[ue] les chemins furent libres, les pythagoriciens qui s'etoient hautem[en]t retablis, deputerent Theanor, l'un d'entr'eux à Thebes.
   Theanor trouvant Lysis enterré, s'adressa à Epaminondas et luy dit qu'il avoit ordre de ses compagnons de donner une grande
   somme d'argent à Polymnis et à sa famille pour reconnoitre le bon accueil qu'ils avoient fait à un de leur corps. Ce compliment fut
   receu avec beaucoup de civilité, neantmoins Epaminondas qui de son naturel se soucioit fort peu des richesses, obtint qu'on
   refuseroit cet argent. Cette petite histoire marque la grande amitié qui etoit entre les disciples de Pythagore, et fait voir en meme
   tems qu'ils n'etoient pas des gredins ni des philosofes crottéz(33).

   Je ne dois pas passer sous silence l'erreur d'Ovide d'avoir fait Pythagoras contemporain de N[uma] Pompilius(34). Il seroit facile
   de prouver par mille raisonnemens que ce philosophe vint s'etablir en Italie du tems de Tarquinius Priscus, apres avoir quitté l'Ile
   de Samos où il etoit né, parce qu'elle etoit tyrannisée par Polycrate, et apres etre venu etudier en l'Ile de Lesbos sous
   Pherecydes. Il eut d'autant plus de facilité d'etablir une secte en Italie, qu'il y trouva quantité de villes de fondation grecque,
   Tarente, Crotone, Metapont, Locres, la ville des Sybarites si renommée pour sa mollesse, &c. Quoi qu'il en soit sa secte est
   devenue tres florissante, et a eté soutenue par de grands noms, par un Architas de Tarente, un Parmenide, un Zenon Eleate
   inventeur de la logique, un Philolaus &c.

   Le fils de Pythagore nommé Telauges a eté moins illustre, par luy meme que par un excellent disciple qu'il a elevé, je veux dire[k]
   Empedocle, cet illustre Agrigentin de qui l'on a fait un beau conte disant qu'il s'etoit precipité dans les flames du mont Ætna pour
   s'eriger en Dieu; dequoi il auroit eté frustré parce q[ue] ses pantoufles qui ne furent pas consumées le trahirent malheureusement.
   C'est ce qu'on disoit parmi les rieurs, mais Mr Le Fevre(35) relance ce mechant conte, et fait voir qu'Empedocle etoit plus
   honnete homme et plus raisonnable qu'on ne s'imagine quand on s'arrete à cette fable. Pour l'illustre Damo fille de Pythagoras il
   seroit à souhaitter qu'elle eut elevé ce Brutus qui a chassé Tarquin le Superbe, comme Mr de Scudery l'a feint si
   vraisemblablem[en]t[l] dans sa Clelie(36). Car ses belles qualitez etoient si considerables que si elle n'a pas contribué de
   quelque chose aux beaux et genereux sentimens que Brutus a fait eclater en sa vie, du moins a t'elle merité d'y contribuer, et sans
   mentir son pere n'avoit pas eu[m] moins de soin de son instruction aus sciences, qu'Aristippe en a pris d'enseigner la philosophie
   à sa fille Arete, laquelle il rendit si docte qu'apres sa mort elle tint echole en sa place(37), si bien que la Grece s'etonna, au raport
   d'un historien, de voir ses jeunes hommes disciples et amoureux d'une meme personne. Qu'il faisoit beau Monsr, etudier en ce
   tems là! et que je m'imagine du plaisir à faire un cours de filosofie sous une charmante fille! Si on dit que la vertu qui part d'un
   beau corps est plus agreable

                                   Gratior est pulcro veniens è corpore virtus(38)

   de combien croyez vous que soit plus agreable une leçon q[ui] sort d'une belle bouche? et ne m'accorderez vous pas que tout ce
   qu'il y a naturellement de rude dans le precepte, s'adouciroit s'il nous etoit dit par une professeuse dont nous admirerions la
   beauté? asseurement elle convertiroit les epines du college en fleurs

                                      Quicquid calcaveris hîc rosa fiet(39)

   Mais revenons à Mr de Scudery. Il faut avoüer que cet ingenieux autheur s'est tout à fait à propos servi de ce qu'il a rencontré
   Pythagoras dans le siecle de son heroïne. Il n'a eté obligé à aucun anachronisme. Il est vrai qu'il n'a pas suivi la chronologie de
   Vossius(40) qui fait vivre Pythagoras jusques à la 70. olympiade[n], c'est à dire jusques aux premiers consuls de Rome, mais
   son roman n'en vaut pas moins pour tout cela.

   Pour la secte de Platon et d'Aristote qui ont fait ou font encore tant de bruit par toute la terre; je n'en pourrois rien dire qui ne se
   trouve dans l'excellent ouvrage que le p[ere] Rapin a donné au jour, de la comparaison de ces 2 grans chefs de parti. C'est
   pourquoi je me contenterai de remarquer l'agreable fantaisie que se mit dans l'esprit l'empereur Gallien et l'imperatrice Salonine,
   de permettre à Plotin d'etablir le gouvernem[en]t dont Platon avoit donné l'idée dans ses livres de La Republiq[ue] en une ville
   d'Italie qu'ils luy donnerent po[ur] en faire l'essai.(41) Ce dessein n'eut garde de reussir comme il est facile de se l'imaginer. Car
   je croi que pour en venir à bout il faudroit aller en quelque lieu du monde où les hommes fussent d'une autre espece que ceux que
   nous connoissons. Il faudroit aller au pays des romans où non seulem[en]t les moindres palais surpassent celuy de l'Alambre(42),
   et où on voit les plus beaux jardins et les plus charmans paysages que l'on se put imaginer: mais aussi où on ne voit que de[s] gens
   bien faits, spirituels, genereux, liberau[x] et parfaitem[ent o]rnez de toutes les vertus imaginables. C'est là que Plotin auroit peu
   remplir les idées de Platon, et etablir l'utopie de Thomas Morus(43) si elle eut eté en nature. Mais tandis qu'on ne trouvera pas le
   secret de rendre les hommes si achevez qu'il seroit difficile à un poete d'en faire de plus accomplis; il y a toutes les apparences du
   monde que la rep[ublique] de Platon demeurera ideale. Que je m'imagine de contentem[en]t pour Caton s'il avoit peu gouverner
   la republique que Plotin auroit etablie. Je croi qu'il y auroit bien fait ses chous gras, luy qui sans considerer la corruption de Rome
   y opinoit toujours co[mm]e s'il eut vecu dans la republiq[ue] platonique. Nocet interdum reipublicæ, (dit Ciceron, beaucoup
   plus facile à s'humaniser que luy) dicit enim tanquam in Platonis politeia non tanquam in Romuli fæce sententiam Cicer[o]
   Ad Att[icum](44). Il concevoit les choses dans une generosité si pure et dans une idée si haute qu'elles n'etoient nullem[en]t à
   l'usage du monde. Et de là vient qu'avec toute sa vertu il nuisoit souvent aux affaires, ne prenant pas la peine d'accommoder ses
   idées generales et ses axiomes universels aux circonstances particulieres qui se presentoient tous les jours. C'est pourtant ce qu'il
   ne faloit pas oublier. Car c'est toute autre chose de se promener parmi de belles maximes et de belles notions, et d'en faire
   l'applica[ti]on au train ordinaire du monde. Ces belles maximes sont comme la supreme region qui est exemte d'orages et de
   tempetes, mais leur application est comme ce bas element où il tonne, il grele, il pleut: et si on n'allonge, si on n'accourcit la regle
   selon l'exigence des cas, on ne fait que gater la besogne. C'est donc avec raison que Caton à eté incomprehensible à son siecle et
   que sa vertu passoit les gens Catonem suum sæculum parum intellexit Senec[a](45). Aussi voyons nous que Virgile le
   trouvant trop vertueux po[ur] les gens de ce monde, en a fait un present à ceux de l'autre:

                                  Secretosq[ue] pios his dantem jura Catonem(46)

   Je sais bien que l'auteur de l'Hex[ameron] rustique n'a point peu souffrir que Mr de Balzac ait expliqué le vers de Virgile au sens
   que j'ay dit(47). Mais quelque savant qu'il puisse etre, voire plus savant que Balzac, je le defierois de soutenir sa critique si Mr
   de Balzac revenoit au monde. Je finis mon tres cher Mr en vous demandant pardon de ma longeur, mais sur tout de ce que je me
   dispense si familierem[en]t à m'ecarter de mon sujet avec vous qui avés l'esprit si juste et si delicat. J'avois commencé cette lettre
   avec le dessein de parler un peu par ordre des philosophes grecs, mais quand je me suis mis à la relire j'ay trouvé que je n'en
   parle qu'à batons interrompus. Cela vient sans doutte d'un fort mauvais principe et je trouve de jour en jour que je ne donne pas
   mal dans le defaut de Montagne qui est de savoir quelquefois ce que je dis, mais non jamais ce que je vay dire(48). Le mal est
   qu'il y a ici plus que Montagne c'est à dire cent autres imperfections qui rendent insupportable ce que le savoir et le bel esprit de
   Montagne fait excuser fort facilement. Je suis tout en[tiere]ment

   v[ot]re tres humb[le] &c.

   BAYLE

   Le 31 janvier 1673

   MANUSCRIT

   *A. autographe, Add. 4.226 (5-8) (BL, Londres).

   IMPRIMES

   1. Pr March, i.1-17 (Lettre I).

   2. Desm, i.1-20 (Lettre I).

   3. OD, iv.539-43 (Lettre VI).

   NOTES CRITIQUES

   a. "pourroit étre l..." (mot(s?) illisibles) "debrouillé par" biffé.

   b. "par" (?) biffé.

   c. "en" biffé.

   d. "avancant" (?) biffé.

   e. Ajouté au-dessus de la ligne pour remplacer "le".

   f. "un" biffé.

   g. "dire" biffé.

   h. "Le bon" (?) biffé.

   i. "Les" biffé.

   j. "cet illustre Agrigentin" biffé.

   k. "agreab..." biffé.

   l. "n'auroit (?) pas pris" biffé.

   m. "anné..." biffé.

   NOTES

   1. Sur les "conférences", voir [Lettre 22], p.000, et [Lettre 24], p.000.

   2. Il s'agit de Pierre Fabri.

   3. G. J. Vossius, De philosophia et philosophorum sectis libri II (Hagæ Comitis 1658. 4o.). Dans le DHC, Bayle tentera
   d'être plus précis, voir "Arcesilas", "Carneade", "Lacyde", "Pyrrhon", "Zenon d'Elée".

   4. Bayle s'inspire de Montaigne, Essais II.xii.225-26, qui cite Sextus Empiricus, Hypotyposes pyrrhoniennes I.i. Sur cette
   question, voir C. B. Brush, Montaigne and Bayle, variations on the theme of skepticism (The Hague 1966).

   5. Bartole (1313 ou 1314-1357), jurisconsulte italien qui s'efforça de faire revivre le droit romain; ses opinions étaient formulées
   d'une manière si catégorique que l'expression était devenue proverbiale.

   6. "non liquet": "impossible de conclure". Bayle s'inspire à nouveau de Montaigne, Essais II.xii.225-26; voir aussi Sextus
   Empricus, Hypotyposes pyrrhoniennes, I.vii.

   7. Lucrèce, De rerum natura, iv.469-70: "Qui croit qu'on ne sait rien, ne sait si l'on en sait assez pour le savoir, ceci, qu'on ne
   sait rien". Bayle cite peut-être d'après Montaigne, Essais, II.xii.226. Montaigne, cependant, écrit "quisquis" et non "quisque". Les
   éditions modernes de Lucrèce portent "si quis" (au lieu de "quisque") et "quum" (au lieu de "quo").

   8. P. Hurtado de Mendoza qui, dans son Universa philosophia (1617) (Lyon 1624. Folio), p.32, appelle ces propositions
   "propositiones falsificantes", dit qu'elles se détruisent elles-mêmes. La formule "je mens toujours" figure parmi les propositions
   citées par Hurtado. Voir aussi Cicéron, Académiques, II.xxix, et DHC, "Philetas", rem E, et "Euclide", rem D.

   9. L'image est, bien entendu, moderne. Dans l'Antiquité, on proposait celle de la purge, voir Diogène Laërce, Vies et doctrines
   des philosophes de l'Antiquité, IX.xi.76.

   10. Sur Arcésilas (316-241), fondateur de la nouvelle Académie, voir Cicéron, Académiques, I.xii.43-45, et DHC, "Arcesilas".

   11. Bayle semble s'inspirer ici de l'ouvrage de René Rapin, La Comparaison de Platon et d'Aristote (Paris 1671. 12o.), iv.1,
   p.160, sur Carnéades; voir aussi DHC, "Carneade" et "Lacyde".

   12. Sextus Empiricus, Hypotyposes pyrhonniennes, I.xiv, expose les dix moyens de l'epochè, ou suspension de jugement, mais
   c'est certainement de seconde main que Bayle en parle ici; voir, par exemple, Diogène Laërce, Vies et doctrines, IX.xi.70.
   L'ataraxie est un état de sérénité parfaite, liée à la suspension du jugement: voir Montaige, Essais, II.xii.226-27 et 333-34. Dans
   son ouvrage intitulé Contre les dogmatiques, Sextus réfute successivement les tenants des diverses sciences.

   13. Dans les ouvrages dont il s'avouait l'auteur, La Mothe Le Vayer se présentait comme un disciple de Montaigne et de
   Charron, mais l'influence du scepticisme est surtout évidente dans ses Dialogues à l'imitation des Anciens par Orasius Tubero
   (Francfort 1604 [=1630]. 8o.).

   14. Pierre Gassendi (1592-1655), chanoine de Digne et, à partir de 1645, professeur au Collège royal, se donna pour tâche de
   réhabiliter l'atomisme épicurien. Bayle fait peut-être allusion au premier ouvrage de Gassendi, Exercitationum paradoxicarum
   adversus Aristoteleos libri septem (Gratianopoli 1624. 8o.), qui est d'inspiration pyrhonnienne, mais il y a tout lieu de croire
   qu'à la date de cette lettre il ne connaît ce philosophe que par ouï-dire. Sur Gassendi, voir O. R. Bloch, La Philosophie de
   Gassendi: nominalisme, matérialisme et métaphysique (La Haye 1971).

   15. Voir Diogène Laërce, Vies et doctrines, I.xi.122.

   16. "unum scio, quod nihil scio": "je ne sais qu'une chose, c'est que je ne sais rien", voir Montaigne, Essais, II.xii.220-21.

   17. Ce mot est attribué à Démocrite par Diogène Laërce, Vies et doctrines, IX.xi.72.

   18. Voir Cicéron, De divinatione, ii.3: "Je parlerai, mais sans rien affirmer, je m'enquerrai de tout, doutant le plus souvent, et me
   défiant de moi", cité par Montaigne, Essais, II.xii.224.

   19. Voir Cicéron, Tusculanes, i.17: "Je ferai de mon mieux pour expliquer; ce ne sera pourtant pas à la façon d'un Apollon
   Pythien dont les mots seraient décisifs et intangibles; mais comme un homme faible qui formule des conjectures probables [...] il
   faut en effet se rappeler que moi qui parle et vous qui jugez nous ne sommes que des hommes, de sorte que si l'on dit des choses
   probables nous ne devons pas chercher plus loin". Cicéron avait traduit ici un passage de Platon, Timée, viii.13-15. Montaigne
   cite aussi ce passage de Cicéron, voir Essais, II.xii.232-33, d'où Bayle l'emprunte assurément, puisque comme celui-là il écrit
   "nihil" au lieu de "ni quid".

   20. Voir Cicéron, Académiques, I.xii.44: "Tous les Anciens ont dit qu'on ne peut rien connaître, rien comprendre, rien savoir;
   que la sensibilité est bornée, l'intelligence faible, la vie courte".

   21. Voir Cicéron, De natura deorum, I.xi.12: "Tout est soumis à la controverse et rien n'est jugé ouvertement dans cette
   philosophie, établie par Socrate, reprise par Arcésilas, confirmée par Carnéade et qui fleurit jusqu'à présent. Nous sommes de
   ceux qui pensent qu'à la vérité se mêlent toujours quelques erreurs, et cela d'une façon si trompeuse, qu'on n'y voit aucun
   caractère positif pour juger ou pour adhérer sans réserve". Bayle cite ici de suite deux passages qui ne se suivent pas chez
   Cicéron; en outre il remplace "confirmata" par "consummata", et "viguit" par "viget".

   22. Jean Daillé, Traicté de l'employ des saincts Peres pour le jugement des differends, qui sont aujourd'hui en la religion
   (Genève 1632. 8o.), II.iv.393.

   23. Voir Cicéron, De oratore, III.xviii.67: "On dit qu'Arcésilas rejetait tout jugement de l'esprit et des sens et que le premier --
   d'ailleurs c'était là un procédé socratique -- il adopta comme méthode, non point d'établir son opinion, mais au contraire de
   prendre celle qu'avaient énoncée les autres et de la discuter". Bayle a supprimé une incise de cinq mots et remplacé "quem", par
   "Arcesilam".

   24. Voir Cicéron, Académiques, II.iii.8: "Portés comme par la tempête vers n'importe quelle secte, ils s'attachent à elle ainsi qu'à
   un rocher", passage cité par Montaigne, Essais, II.xii.228.

   25. Voir Horace, Epîtres, I.i.13-19: "Tu vas peut-être me demander quel est mon chef, et sous quelle autorité je m'abrite: or, je
   ne me suis lié à aucun maître, je n'ai prêté serment à personne, je me laisse conduire où me mène l'état du ciel; mais même là, je
   ne suis qu'en passant. Tantôt je vis dans l'action et me baigne dans la politique, j'observe rigoureusement et pratiquement la vraie
   vertu; tantôt, au contraire, je glisse sans avoir l'air de rien, dans la philosophie d'Aristippe, et essaie de soumettre les faits à ma
   volonté, au lieu de me laisser dominer par eux". Bayle remplace "subjungere" par "submittere".

   26. Voir Lucrèce, De rerum natura, iii, 1043-44: "[Epicure] qui par son génie s'éleva au-dessus de l'humanité et plongea dans
   l'ombre tous les autres sages, comme dans les régions de l'éther, le soleil levant éteint les autres étoiles", passage cité par
   Montaigne, Essais, II.ii.216.

   27. Voir Plutarque, "Vie d'Aratus", éd. Walter, ii.1151.

   28. Voir Plutarque, "Vie d'Aratus", éd. Walter, ii.1114.

   29. Plutarque, "Vie de Pyrrhus", éd. Walter, i.893.

   30. Bayle s'inspire du texte de La Mothe Le Vayer sur les Pythagoriciens, De la vertu des payens (Paris 1642. 4o.), p.217-18,
   et Œuvres (1662), i.642-43, où l'auteur cite Jamblique, De vita pythagorica, xxxv; et Protrepticus, xiv.

   31. L'expression grecque signifie: "luimême (c'est-à-dire, le maître) [l]'a dit".

   32. Sur le voyage de Platon en Italie, voir Rapin, La Comparaison de Platon et d'Aristote, i.2, p.27.

   33. Simon Goulart (1543-1628), pasteur à Genève de 1566 à sa mort, fut un compilateur et un éditeur infatigable. En particulier,
   il a procuré une édition de Plutarque, dans la version d'Amyot, en ajoutant aux Vies racontées par Plutarque celles de plusieurs
   autres Anciens, dont celles d'Epaminondas et de Philippe de Macédoine, ainsi que celles de "neuf excellens chefs de guerre,
   prises du latin d'Æmilius Probus", c'est-à-dire, de Cornelius Nepos (Paris 1587. 8o. 4 vol.). C'est sans doute cette édition -- qui
   fut souvent réimprimée -- que Bayle a consultée, car, le 4 juillet 1672, il entama un "Abregé des Vies illustres de Plutarque", où
   figurait un résumé de la vie d'Epaminondas: voir L. Nedergaard, "Manuscrits de Pierre Bayle", Modern language notes, 73
   (1958), p.37. Les détails que donne ici Bayle viennent de cette "Voie d'Epaminondas", i-iii, Les Vies des hommes illustres (s.l.
   1613. 8o. 2 vol.), ii.1042-46.

   34. Voir Ovide, Pontiques, III.iii, 44; le poète reprend une tradition qui faisait de Numa Pompilius un disciple de Pythagore,
   tradition déjà rejetée par Cicéron et Tite-Live, pour d'évidentes raisons de chronologie. Bayle suit Tanneguy Lefèvre, "Vie
   d'Empedocle", Les Vies des poetes grecs en abbregé (Paris 1665. 12o.), p.74; il reviendra sur cette question dans DHC,
   "Pythagoras", rem. B.

   35. Voir T. Le Fèvre, "Vie d'Empédocle", p.74-78.

   36. Voir [Madeleine de Scudéry], Clélie, histoire romaine (Paris 1656-61. 8o. 10 vol.), III.ii.1, p.187.

   37. D'Arete nous savons seulement qu'elle fut fille d'un philosophe et mère d'un philosophe, nommés tous les deux Aristippe.
   Voir Diogène Laërce, Vie et doctrines des philosophes de l'Antiquité, II.viii.72, qui ne dit pourtant pas qu'Arete tînt école
   après la mort de son père. Il y a une allusion à la fille d'Aristippe dans Tanneguy Le Fèvre, La Vie d'Aristippe, traduite du grec
   de Diogène Laërce (Paris 1667. 12o.), p.36: "une fille admirablement bien faite et capable des plus hautes spéculations", mais
   aucune allusion à son école. Nous n'avons pu trouver la source cette anecdote des disciples amoureux d'Arete, mais elle a l'air
   d'être tirée d'un romancier plutôt que d'un historien.

   38. Virgile, Enéide, v.344: "le charme que la beauté ajoute au mérite"; Virgile a écrit "et" et non "est".

   39. Perse, Satires, ii.38: "que de tout ce qu'il foulera du pied naisse une rose", vers cité par Montaigne, Essais, I.xlii.338.

   40. G. J. Vossius, Chronologiæ sacræ isagoge (Hagæ-Comitis 1659. 4o.)

   41. Voir Porphyre, Vita Plotini, xii (nous remercions K. Coleman de nous avoir fourni cette référence); pourtant Bayle s'inspire
   plus immédiatement de Rapin, La Comparaison de Platon et d'Aristote, iv.3, p.190.

   42. L'Alhambra est le palais des rois maures à Grenade, une des villes privilégiées par le roman héroïque depuis la publication de
   la traduction française du roman de Gines Perez de Hita, Histoire des guerres civiles de Grenade (Paris 1608. 8o.). Il est
   possible que Bayle s'inspire ici du roman d'A. Furetière, Le Roman bourgeois (Paris 1666. 8o.), car le romancier raille
   également le peu de vraisemblance des romans qui se déroulent "dans la galante et romanesque ville de Grenade": voir
   Romanciers du dix-septième siècle, p.904. Bayle reviendra sur l'invraisemblance romanesque dans NLC, XXI.iv-vii.

   43. "Utopie" (qui veut dire "nulle part") est un neologisme tiré du grec, forgé par Thomas More (1478-1532) pour baptiser une
   société imaginaire où règnerait la raison, et donc l'équité et le bonheur: Libellus vere aureus nec minus salutaris quam festivus
   de optimo rei[publicæ] statu, deque nova insula Utopia (Lovanii 1516. 4o.). L'énorme succès de l'ouvrage dans toute
   l'Europe et sa traduction en langues vernaculaires depuis le milieu du XVIe siècle, en rendirent si familier le titre qu'il finit par
   devenir un nom commun. Au XVIe siècle il fut traduit en français par J. Le Blond, La Description de l'isle d'Utopie où est
   comprins le miroer des republicques du monde (Paris 1550. 8o.), et au siècle suivant Samuel Sorbière en procura une
   traduction française nouvelle, L'Utopie de Thomas Morus (Amsterdam 1643. 24o.). Voir le commentaire de P. Mesnard,
   L'Essor de la philosophie politique au XVIe siècle (Paris 1936), p.141-77.

   44. Voir Cicéron, Ad Atticum, II.i.8: "Il [Caton] va parfois contre les intérêts de la république: il opine comme si nous étions
   dans la cité idéale de Platon, et non dans la cité fangeuse de Romulus".

   45. Voir Sénèque, De constantia, ii.1: "Son époque a peu compris Caton". Bayle remplace "ætas sua" du texte de Sénèque
   avec "suum sæculum".

   46. Voir Virgile, Enéide, viii.670: "Les justes sont à part et Caton leur donne des lois".

   47. Voir La Mothe Le Vayer, "De l'éloquence de monsieur de Balzac", Hexameron rustique (1670), Ve journée, p.189; Guez
   de Balzac, Aristippe ou de la Cour (Paris 1658. 4o.), Discours vi, p.157-59.

   48. Bayle cite de mémoire; il s'agit en fait d'une remarque de Guez de Balzac sur Montaigne: "De Montaigne et de ses écrits",
   Les Entretiens de feu monsieur de Balzac (Paris 1657. 4o.); voir B. Beugnot (éd.), Les Entretiens de Balzac (Paris 1972. 2
   vol.), i.290. Bayle reviendra ultérieurement sur son manque de méthode, voir par exemple PD, i.

source : http://www.voltaire.ox.ac.uk/voltaire_english.html

lien effectué par Philosophie, éducation, culture